Temoignage Mireille

      Aucun commentaire sur Temoignage Mireille

Mireille, maman accompagnante

Tout a débuté lors de l’été 2004… À son retour d’un voyage aux Baléares, ma fille a fait une « crise » que l’on a prise pour une dépression et soignée comme telle. Il n’a pas du tout été évoqué de bipolarité à ce moment-là alors qu’elle délirait complètement. Elle ne dormait plus, pleurait jour et nuit et avait beaucoup maigri. On la gardée à Bordeaux près de nous le temps qu’elle se remette. Puis elle est repartie à Paris où elle vivait depuis la fin de ses études. Un an après, la maladie a refait surface et je suis partie en catastrophe pour la faire hospitaliser. Le diagnostic de bipolarité a été posé à ce moment-là. Je n’avais jamais entendu parler de cette maladie et me suis de suite plongée dans des recherches approfondies pour aider ma fille de mon mieux. J’ai très vite compris que le plus dur serait de lui faire admettre sa maladie et le traitement à vie qui va avec…

Pendant cinq longues années elle a joué avec ses médicaments. Les arrêtant dès qu’elle allait mieux et à chaque fois c’était retour à la case départ. Je vivais jour et nuit avec mon téléphone contre moi prête à voler à son secours, mais sans jamais baisser les bras. Mais en 2006 nous avons pris la décision de la ramener près de nous. Ces allers et retours m’épuisaient et coûtaient très cher. Et surtout je savais que je pourrais être plus efficace si elle était près de moi. Ce fut très dur de lui annoncer cette nouvelle. Elle espérait tellement trouver du travail et faire sa vie à Paris. Mais elle a vite accepté cette nouvelle situation et a réussi à trouver quelques jobs sur Bordeaux. Elle a vécu deux ans avec nous. Deux années où je ne l’ai pas « lâchée ». Près d’elle quand son moral chutait, l’accompagnant chez son psy et lui rappelant sans cesse l’importance de prendre consciencieusement son traitement. Puis elle a souhaité redevenir autonome et pris une colocation. Elle était encore dans le déni et jouait encore un peu avec son traitement et son hygiène de vie. Elle a vécu sa dernière hospitalisation en 2008, a rencontré à cette période son compagnon et vit depuis avec lui.

Elle a finalement compris et admis qu’elle pouvait vivre normalement, mais en respectant certaines règles. La bataille a été longue et douloureuse, mais elle est aujourd’hui heureuse et équilibrée. Elle n’a jamais caché sa maladie et en fait aujourd’hui une force. Car dit-elle « C’est en faisant tout ce travail sur moi que je suis ce que je suis et que j’ai acquis l’assurance que je n’aurais sûrement jamais eue sans la maladie ». Je dois pour ma part vivre avec la peur de la rechute. Et je ne peux m’empêcher de « tester » sa voix dès que je l’ai au téléphone. Mais notre plus belle réussite sera notre « bébé » : Le fil de la vierge.

Ce témoignage que nous avons écrit à quatre mains restera pour nous le fruit de l’amour que nous nous portons et qui a sans doute contribué à la stabilisation de ma princesse…

Fait à Blanquefort, le 2 mai 2013

Mireille